Ouverture truite en rivière 2012

Samedi 3 mars, le réveil sonne! Il est 4h45. Après avoir vite mangé une tartine ou deux, je me presse de monter mes 4 dandis qui me serviront pour l’ouverture truite à la Versoix (GE).

Juste avant le jour, j’arrive à temps au bord de l’eau. Je monte ma canne et commence ma session. Seul sur le bord de la rivière je monte lentement le cours d’eau. 20 minutes plus tard, une première truite  d’environ 35 suit ma dendi à plusieurs reprises mais sans la mordre franchement. Lassée, elle finit par se caler dans un trou sans montrer signe de vie. Je continue alors de monter et 3 minutes plus tard, j’attrape ma première truite de la saison : une jolie fario de 34 cm.

Plus tard, la rivière se change en autoroute à pêcheurs et plusieurs me dépassent. Vers les coups de 10h, je parviens tout de même à sortir une deuxième fario de 35cm qui se trouvait en dessous d’un amas de bois. Un trou juste assez grand pour faire passer ma dendi et faire mordre le poisson.

Après avoir remonté plusieurs kilomètres de la Versoix sans rien toucher. Je m’arrête donc manger et profite du soleil chaud pour faire une courte sieste. Par la suite, voyant la chaleur augmenter, je décide de quitter la Versoix, un peu déçu de ne pas avoir touché de lacustre.

Toutefois, la journée n’est pas terminée. Quelques heures plus tard, je me tourne vers la Seymaz, cette petite rivière dans laquelle j’ai appris à pêcher la truite et qui m’a surprise à plusieurs reprises. En arrivant au bord de la rivière, je me rends vite compte qu’un lâcher de truite avait été effectué. Ces truites aux nageoires atrophies ne m’intéressent guère. Tant bien que mal j’essaie de les éviter et d’attirer davantage les sauvages. Cela finit par payer, car 30 minutes plus tard j’attrape une superbe fario de 42cm. Un joli beccard. Par la suite, je sortis 2 autres belles truites sauvages de 35 et 40.

zac1

Dimanche 4 mars, rebelote, je me lève un peu avant 5 heures, mais cette fois je me prépare à faire l’ouverture dans le canton de Vaud sur le Boiron de Morges.

À nouveau, j’arrive le premier mais cette fois je monte mes dendis au bord de la rivière et me fais dépasser par deux pêcheurs. Un peu blousé, je décide de les laisser prendre de l’avance et descends la rivière jusqu’à son embouchure. 100 mètres avant le lac, je décroche une jolie lacustre d’environ 50 cm dans les racines. Après cette défaite, je garde le moral et remonte gentiment la rivière. Plus haut une deuxième lacustre vient voir ma dendi sans vouloir sérieusement y mordre.

Toujours bredouille, je continue à remonter jusqu’à un superbe trou. Cependant, ce dernier est déjà pêché par un autre compère. Je décide alors d’attendre qu’il termine. Après 5 minutes, il part et la place est libre. Ayant vu sa manière de pêcher, je traverse la rivière afin de travailler le poste différemment. Ce choix fut fructueux, car après le deuxième lancé une magnifique lacustre mord ma dendi et casse ma ligne. Époustouflé, je me dépêche de monter une autre dendi et relance au même endroit. La truite semble affamée et remord droit derrière. Arrivé à la surface, je vois que c’est une grosse prise. Je saute alors à l’eau et la ramène contre une petite plage. Je réussis enfin à la sortir après quelques minutes. Résultat, une superbe lacustre de 81 cm!

zac2

écrit par Zaccaria Kacem.