Ouverture carnassiers à Seyssel

Nous voilà déjà le 1er mai, fête du travail, mais surtout pour nous, pêcheurs, c’est la date d’ouverture de la pêche du carnassier en 2ème catégorie. Je décide de la faire à Seyssel.

L’ouverture est souvent synonyme de bain de foule et trouver une berge tranquille lors de cette journée relève de l’utopie. Afin d’ éviter de me confronter à cette marée humaine, je décide donc de me munir d’une embarcation gonflable, et de partir pour la base de loisir nautique de Seyssel.

À mon arrivée, plusieurs pêcheurs arpentent déjà la rive à la recherche de brochet ou de sandre. Je sors le mini boats de la voiture et commence à le gonfler, un pêcheur sur un ponton sort rapidement un petit brochet, et je me dis que la journée s’annonce bien.

Je saute dans mon navire et commence à matraquer la zone à coups de lipless et de leurre souple.

DSCN0075-2

Les heures passent et les pêcheurs du bord sortent encore quelques brochets.

Alors que je me casse les dents sur les postes, j’entends un type crier sur la rive d’en fasse « Oh! la châtaigne!! » je lève les yeux et regarde se brave homme ramener sa prise à la rive. Il est compliqué d’estimer la taille de ce poisson depuis mon embarcation, mais c’est une belle pièce que ce pêcheur vient de mettre au sec.

Il est 11:00 et les berges commencent à se vider. Devant la bredouille qui me pend au nez sur mon bateau, je décide donc de faire comme tous le monde et d’aller prospecter les bordures.

Je devais partir pour midi. Le temps de ranger le bateau dans le coffre de la voiture, et il ne me reste que quelques minutes de pêche sur la berge.

Je sors un jerkbait Adam’s de mon sac et fais vite quelques lancés. Un petit brochet suit le leurre jusque dans mes pieds sans l’attaquer. Je relance mon leurre, donne deux coups de moulinets, fais une pause, redémarre et BAM! Il y est! Après un court combat le voilà dans l’herbe avant de retourner dans l’eau.

DSCN0079-2

75cm pour se petit brochet, qui me sauve de la bredouille, midi arrive et il me faut rentrer. Je suis content de voir qu’il reste encore quelques poissons dans le Rhône un an après la vidange meurtrière du barrage de Verbois, et espère revenir bientôt tremper le fil dans les eaux de ce majestueux fleuve.